Comment bien choisir son radiateur électrique ?

Que l’on soit locataire d’un appartement équipé de grille pain, jeune couple primo accédant ou propriétaire de sa maison depuis 30 ans, bien chauffer son habitat en dépensant le moins d’argent possible est essentiel.



Vous voici donc décidé à remplacer vos vieux radiateurs électriques par des radiateurs plus récents. Quitte à investir un peu d’argent vous souhaitez acquérir un radiateur durable, c’est-à-dire fiable et réparable.

Si la suite de l’article vous semble un peu complexe, faite tout simplement confiance au label LONGTIME®. Un radiateur électrique à inertie sèche a récemment reçu le label après avoir été évalué sur nos 41 critères de durabilité de façon indépendante. Et en plus il est 100% Français.

Pourquoi choisir un radiateur électrique à inertie sèche ?

Ces radiateurs électriques sont très intéressants car ils permettent une diffusion de chaleur douce, régulière et homogène, se rapprochant ainsi de la sensation d’un chauffage central.

Le principe de fonctionnement est simple, une résistance chauffe pour permettre au coeur de chauffe du radiateur d’emmagasiner de l’énergie thermique (calories). Lorsque le radiateur et la résistance se coupe, le coeur de chauffe rayonne et continue de restituer la chaleur emmagasinée. 
Pour imager cela, retour à l’enfance et aux feux de camp. Lors des feux de camp, on remarque que les pierres qui entourent le feu chauffent et restent chaudes bien après que l’on ait éteint le feu. Elles ont accumulé de l’énergie et l’inertie de la pierre permet de restituer la chaleur doucement mais longtemps. Les radiateurs à inertie sèche ou liquide ainsi que les radiateurs à accumulation fonctionnent sur ce principe.

Anatomie du radiateur électrique

Les radiateurs électriques ont globalement tous la même anatomie :

  • Le corps de chauffe, appelé aussi coffre de chauffe, c’est la partie extérieure visible.
  • Le coeur de chauffe, situé dans le corps de chauffe, c’est la partie interne qui emmagasine la chaleur.
  • La résistance, associée au coeur de chauffe, c’est elle qui produit la montée en température du radiateur par circulation du courant électrique.
  • La régulation thermostatique, ou thermostat, c’est le cerveau du radiateur, composée principalement d’une sonde de température, d’une carte électronique permettant de piloter le radiateur et d’un module d’affichage permettant d’interagir avec le radiateur.


Pour chacun des éléments ci-dessus, une grande palette de choix industriels est disponible. Les choix techniques réalisés par le fabricant influenceront la performance, la durée de vie et le prix du radiateur.

Comment choisir le bon corps de chauffe sur son radiateur électrique ?

Attention, à ne pas confondre cœur et corps de chauffe.
Le corps de chauffe du radiateur est l’élément extérieur du radiateur. C’est la surface qui permet l’échange thermique entre le cœur de chauffe est votre habitat. 
Plus le coffre de chauffe aura des propriétés de montée en température et de diffusion de chaleur rapide, meilleur sera votre produit. 
Le matériau de prédilection dans ce cas sera l’aluminium. Il convient de s’assurer de la qualité de l’aluminium.
Les coffres de chauffe peuvent être composés d’un seul bloc, de deux parties ou de plusieurs éléments distincts. Évidement, il est plus intéressant de pouvoir changer juste une partie en cas de détérioration que tout le coffre.

La peinture est un élément à ne pas négliger. Elle doit résister au jaunissement, aux micros rayures et à la chaleur. Privilégiez le choix d’un radiateur ayant bénéficié d’une peinture à base de poudre époxy avec cuisson.
Enfin, cerise sur le gâteau, certains radiateurs électriques possèdent un film chauffant sur la surface interne du coffre de chauffe, permettant ainsi de diffuser de la chaleur quasi immédiatement, le temps que le cœur de chauffe monte en température.

Quels sont les meilleurs coeur de chauffe des radiateurs électrique à inertie sèche ?

Attention, à ne pas confondre coeur et corps de chauffe.
Sur les radiateurs à inertie sèche, le coeur de chauffe est constitué d’un matériau solide (céramique, pierre naturelle, fonte, aluminium) en opposition à l’inertie liquide qui utilise un fluide. Mais tous les matériaux qui composent les coeurs de chauffe ne se valent pas. 

Les différences se situent au niveau de la capacité de réfraction, de la résistance mécanique à l’usure (contrainte thermique) et du poids.

La céramique et la faïence : Ces matériaux bénéficient d’une excellente inertie doublée de caractéristiques physiques durables. Leur qualité est intrinsèquement liée à deux éléments : la qualité des matières premières entrant dans leurs compositions (silice…) et la qualité de fabrication proposée par le céramiste. Le poids reste maitrisé tout comme le coût faisant de ce matériau un choix idéal au niveau du rapport qualité/prix.

La pierre naturelle, pierre de lave, pierre ollaire ou stéatite, marbre, granit : Ces matériaux de haute densité sont tous d’excellents coeurs de chauffe, bénéficiant d’une grande inertie et d’une grande résistance dans le temps. Moins lourd que la fonte, le poids est tout de même un facteur à prendre compte tout comme le prix. Ces matériaux « nobles » se retrouvent généralement sur des radiateurs plus haut de gamme.

La fonte : Ayant une excellente capacité d’absorption et de diffusion de la chaleur ainsi qu’une très bonne résistance mécanique, la fonte a une montée en température très lente et son poids rend les radiateurs lourds, peu maniables et imposants.




L’aluminium : Léger et bon marché, l’aluminium est le matériau le plus utilisé. Il monte très rapidement en température mais accumule très mal la chaleur et sera donc moins performant. On a rarement tout pour rien !

La résistance électrique des radiateurs électriques

La ou les résistances électriques qui se trouvent dans les radiateurs électriques doivent suivre deux grands principes pour être qualitative(s) :

1) Avoir une qualité de conception et de fabrication irréprochables
Une bonne résistance électrique se compose généralement d’un fil en nickel chromé, dit Nichrome (80 % de nickel et 20 % de chrome). Ce fil doit absolument être isolé au maximum de l’oxygène pour ne pas vieillir ou rompre de façon prématuré. Le fil peut être entouré d’une poudre d’oxyde de magnésium à haute densité puis gainé ou être totalement intégré au coeur de chauffe.


2) Être parfaitement intégré au coeur de chauffe
L’intégration de la résistance au coeur de chauffe influe à la fois sur la fiabilité et sur la réparabilité du radiateur. La résistance peut soit être placée sur la périphérie du coeur de chauffe soit totalement intégrée au coeur de chauffe.


  • Résistance en périphérie du coeur de chauffe : Cette solution présente une meilleure réparabilité mais nécessite une parfaite isolation de la résistance avec un risque potentiel de rupture plus élevé.

  • Résistance intégré au coeur de chauffe : Cette solution présente un plus faible risque de défaillance mais une réparabilité plus restreinte.


Les radiateurs électriques peuvent être multi-résistances ou mono-résistance.

  • Le « multi-résistances » induit plus de connectivités « sensibles » donc plus de risques de panne. Il offre l’avantage de continuer à fonctionner en cas de défaillance d’une ou plusieurs des résistances. Cependant, ce fonctionnement en mode dégradé peut parfois passer inaperçu, aboutissant à une surconsommation d’énergie. La chauffe n’étant plus assurée qu’avec la moitié, voir un tiers, de la puissance nominale, un phénomène d’usure accélérée des autres composants est à attendre.
  • Le « mono-résistance » bénéficie d’une fiabilité accrue. Il fonctionne en tout ou rien, c’est-à-dire que si la résistance est défaillante, votre radiateur ne fonctionne plus. L’avantage est que vous vous en apercevez de suite.

La régulation des radiateurs électriques

La régulation c’est le cerveau du radiateur électrique.
La régulation permet d’analyser la température dans la pièce grâce à une sonde de température. Cette sonde va communiquer avec la carte de puissance de votre appareil et déclencher, au besoin, le passage du courant dans la résistance jusqu’à ce que la température demandée soit atteinte. 


L’intégration de la régulation dans le radiateur électrique a de l’importance afin de :

  • Protéger les composants de la surchauffe prolongée.
  • Pouvoir facilement accéder aux différentes parties en cas de problème.
  • Avoir un pilotage du radiateur et de la température de qualité.

La régulation est un ensemble sensible ayant un fort enjeu sur la durabilité de votre radiateur. Des composants low-cost, une alimentation ou des condensateurs sous-dimensionnés, des thyristors de mauvaise qualité et votre produit ne durera que quelques années.



Enfin, le logiciel qui pilote cette régulation a également toute son importance. Le but du jeu est d’optimiser le nombre de cycles de chauffe afin de réduire l’usure des composants.


Les options recommandées sur les radiateurs électriques

  • Détection de présence et de fenêtre ouverte : Ces deux options permettent de ne pas laisser tourner le radiateur à pleine puissance inutilement. La détection de présence permet de réduire la puissance du radiateur lorsque celui-ci ne détecte plus de présence humaine pendant un certain laps de temps.
  • Programmation : La programmation, optionnelle auparavant, est devenue obligatoire dans les nouvelles normes européennes. Assurez-vous donc que ce dispositif est bien présent sur votre radiateur.
  • Régulation avec commande et thermostat déporté : Certains appareils possèdent un thermostat et des commandes déportées. L’avantage est de pouvoir intervenir facilement en cas de défaillance mais également de régler le radiateur pour une température souhaitée pour un lieu précis.

Comment faire durer le plus possible votre radiateur électrique ?

Comme sur tout produit, pour pouvoir profiter le plus possible de votre radiateur électrique à inertie sèche, certaines recommandations d’usage et d’entretien sont essentielles. Petit rappel :

  • Lire la notice ! Oui, personne ne le fait et c’est bien dommage. Sur ce type d’appareil, la bonne compréhension des réglages est essentielle pour assurer un fonctionnement optimal tout en dépensant le moins d’énergie possible. Et si quelque chose n’est pas assez clair, solliciter le revendeur ou le fabricant.
  • Respecter les précautions de branchement. Un radiateur électrique ne peut pas être branché sur n’importe quelle prise. Assurez-vous que le diamètre des fils électrique et les protections sur votre tableau électrique soient aux normes.
  • Respecter les préconisations de montage fournies par le fabricant (distance sol-radiateur, pas d’élément couvrant type tablette ou autres au-dessus )
  • Dimensionner correctement la puissance de votre radiateur par rapport à votre surface pour respecter le bon ration watt/volume et ainsi ne pas faire tourner votre appareil en « sur-régime » en permanence.
  • Ne jamais couvrir votre radiateur.
  • Ne pas installer un radiateur électrique dans une pièce humide si celui-ci n’est pas prévu pour.
  • Pensez à dépoussiérer votre radiateur périodiquement.


Réparer son radiateur électrique

Bonne nouvelle, un radiateur électrique peut clairement être réparé en cas de panne.
Point essentiel dans la durabilité, assurez-vous que le fabricant de votre radiateur électrique possède un SAV qualitatif. Tous les produits labellisés LONGTIME® sont des produits réparables alors ne les jetez pas.

Premier réflexe, assurez-vous que le problème ne vient pas de votre réseau électrique. En suivant, vérifiez si votre radiateur électrique est toujours couvert par la garantie légale de conformité (24 mois en France). Si tel est le cas, rapprochez-vous de votre vendeur à qui il incombe de vous proposer une solution.



Si votre appareil n’est plus sous garantie, plusieurs options s’offrent à vous :

  • Dans tous les cas, contacter d’abord le SAV de la marque de votre produit. Certains fabricants indiquent même le numéro de téléphone directement sur le produit. Cf : Radiateur Palayer de la marque UNIV’R Chauffage.
  • Vous pouvez également contacter un réparateur professionnel (chauffagiste, électricien) présent dans L’annuaire des Répar’acteurs par exemple.
  • En cas de panne électronique, sachez qu’il existe des entreprises capables de réparer votre carte électronique au composant, comme le Centre Technique Français du Radiateur (CTFR). Ce type de réparation permet de changer uniquement le composant défaillant plutôt que toute la carte électronique. C’est un excellent moyen d’allonger la durée de vie de vos radiateurs électriques tout en réalisant de belles économies.
  • Vous pouvez également opter pour le DIY (auto-réparation) mais attention, comme pour tous les produits électriques ou électroniques, et particulièrement les appareils à résistance, assurez-vous de posséder des bases solides afin d’intervenir en toute sécurité et de ne pas dégrader la sureté de l’appareil.



En résumé, pour choisir un radiateur électrique à inertie sèche

  • Privilégier un radiateur avec un coeur de chauffe possédant une bonne inertie (céramique)
  • Assurez-vous de l’accessibilité des pièces prioritaires : régulation thermostatique, résistance et coeur de chauffe, panneau de commande.
  • Renseignez-vous sur la qualité de toute la partie électronique du radiateur.
  • Privilégiez le choix d’un radiateur avec un coffre de chauffe en aluminium.
  • Privilégiez des marques ayant un véritable support technique et vérifier la disponibilité des pièces détachées.

Vous souhaitez acquérir un radiateur à inertie sèche sans avoir à passer votre diplôme d’ingénieur électronicien ou sans éplucher 15 blogs et 4 magazines de consommation ?

Faites un tour sur notre annuaire de produit, vous trouverez votre bonheur !

Pin It on Pinterest