Retrouvez les poêles à granulés robustes et réparables

Vous souhaitez investir dans un poêle de qualité qui va durer longtemps ? Pas besoin d’éplucher les guides d’achat, vous pouvez vous fier aux produits certifiés LONGTIME®.

Bien se chauffer tout en réalisant des économies d’énergies est primordial de nos jours. Les solutions techniques se sont diversifiées et le chauffage à bois a fait un saut technologique majeur grâce à l'arrivée des poêles à granulés.
Que vous souhaitiez réduire votre facture d’électricité, que vous ayez un projet de rénovation de votre habitat ou que vous ayez décidé de faire construire une maison neuve, de plain-pied ou à étage, le poêle à granulé peut être une solution économique, durable et décarboné. Il peut facilement remplacer un poêle à bois ou bien être utilisé en chauffage principal.

Vous êtes décidé à remplacer votre vieille et classique cheminée à foyer ouvert ou votre insert ou vous souhaitez chauffer votre maison grâce au bois. Mais quitte à investir un peu d’argent (comptez entre 5000€ et 8000€ en moyenne tout compris) vous désirez acquérir un poêle à granule durable, c’est-à-dire fiable et réparable et être ainsi tranquille pour de longues années ? On est là pour vous guider.

Parce qu’on pense que le savoir c’est le pouvoir, on rentre un peu dans la technique. Si la suite de l’article vous semble un peu complexe, faites tout simplement confiance au label LONGTIME®. Des poêles à granulés ont récemment reçu le label après avoir été évalués sur nos 41 critères de durabilité de façon indépendante. Et en plus ils sont 100% Français.

Comment fonctionne un poêle à granulés ?

Les poêles à granulés sont particulièrement recommandés pour qui cherche à se chauffer de façon écologique, économique et sans les contraintes du poêle à bois. De toutes les tailles, de tous les designs, ils sont programmables et régulables et offrent, pour certains, la possibilité de diffuser la chaleur dans plusieurs pièces de la maison voire dans les étages. Ils apportent chaleur et confort tout en réduisant la contrainte du chargement de bois et la corvée de l’allumage. Dans certains cas, ils peuvent même chauffer votre eau.

Mais sur le fond, qu’est-ce qu’un poêle à granulés ?
Le principe de fonctionnement est simple. Un réservoir, généralement au dos de l’appareil, assure l’apport automatique de granulés dans le foyer par l'intermédiaire d’une vis sans fin ; le combustible est là, il nous manque le comburant.
En plus de l’apport en pellet, le poêle va également gérer la quantité d’air, le comburant, qui arrive dans le foyer pour faire moduler la puissance de votre flamme.

On a le combustible (granulés), on a le comburant (air), il ne manque plus qu’une étincelle. En fonction de la température de votre pièce, le poêle va faire chauffer une bougie d’allumage (pas celle du gâteau, celle de votre voiture). Celle-ci va permettre l’embrasement des pellets présents dans votre brasero. Dernière étape, une fois que votre poêle est en phase de fonctionnement, un ventilateur d’extraction se charge d’évacuer les fumées dans votre cheminée.

Comment vérifier la fiabilité et la robustesse d’un poêle à granulés ?

Que choisir comme poêle à granule ? Pour vous assurer de faire un achat sécurisé et de confiance, il y a certaines caractéristiques et certains points sur lesquelles nous vous recommandons de porter votre attention ; décryptage.

La chambre de combustion ou le corps de chauffe :
C’est dans la chambre de combustion qu’a lieu… la combustion !
Votre chambre de combustion peut être en fonte ou en acier recouvert de vermiculite.
À condition d’être réalisés via des matériaux hautement qualitatifs, ces deux options présentent les mêmes caractéristiques en matière de durabilité.

  • La fonte possède une très forte résistance pour peu qu’elle soit dense et correctement fondue. L’autre point d’attention pour la fonte concerne les soudures des différentes plaques qui constitueront la chambre de combustion. Il est important que les soudures soient réalisées dans les règles de l’art, par des ouvriers hautement qualifiés pour pouvoir résister à de longues années de chauffe.
  • La vermiculite ou la chamotte sont des briques réfractaires supportant de très hautes températures et permettant de concentrer et de restituer la chaleur vers le foyer et donc vers le rayonnement. Les parois en vermiculite ou en chamotte tapissent souvent l'intérieur des foyers qui ne sont pas en fonte et sont plus sensibles aux chocs et aux coups. Mais dans le cas des poêles à pellets le risque est faible, contrairement aux poêles à bois, ou le risque d’endommager les parois lors du chargement des bûches est élevé. En cas d'accident, ces pièces doivent normalement être démontables et changeables. Assurez-vous de leur disponibilité auprès du fabricant.

La carte électronique du poêle à granulés :
Chaque poêle à pellets embarque un ensemble de composants électroniques tous pilotés par la carte électronique principale. Elle représente le cerveau de votre poêle et c’est notamment elle qui va gérer la régulation de votre poêle, comprendre et traiter les informations en provenance des sondes et capteurs ainsi que toutes les phases de fonctionnement de votre poêle.
Comme d’habitude la qualité de l’électronique est primordiale pour la durée de vie de votre poêle. La qualité des composants, la qualité de la conception et de l’architecture de la carte sont des points cruciaux.

Prenez également en compte que la meilleure carte électronique du monde, dotée des composants les plus fiables mais fonctionnant avec un logiciel interne mal développé ne vous donnera pas satisfaction. Sur ce point, le savoir-faire de l’entreprise est primordial et vous pouvez trouver plusieurs schémas :

  • Les poêles d’entrée de gamme embarquent quasiment tous la même carte Micronova dont le logiciel de base est vraiment limité.
  • Cette même carte Micronova peut bénéficier d’un développement logiciel conjoint avec le fabricant ce qui est déjà un petit plus.
  • Enfin certains fabricants expérimentés conçoivent eux même à 100% leurs cartes et le logiciel qui va avec pour une maîtrise parfaite de leurs produits.

Vérifier absolument la politique de l’entreprise sur la partie électronique : durée de mise à disposition des cartes, possibilité de réparation au composant, cartes électroniques reconditionnées, protection de la carte contre les surintensités… n’ayez pas peur de poser des questions !

Le motoréducteur et la vis sans fin :
Pour acheminer les granulés du réservoir jusqu’au brasero, votre poêle utilise un moteur électrique couplé à des engrenages (un peu comme un tourne-broche). Cet ensemble nommé motoréducteur va entraîner une vis sans fin, parfois en partie visible dans le fond du réservoir de pellets. Les motoréducteurs doivent être de bonne conception pour un fonctionnement silencieux et doivent présenter un couple suffisamment élevé pour être capable de casser les pellets un peu trop grands pour la vis sans fin.

Creuset, Brasero, Godet :
La dénomination est variable mais représente la même pièce mais c’est toujours dans cet élément que la combustion des granulés à lieu. En acier ou en fonte la qualité du brasero doit être sans faille pour résister aux très hautes températures. Les creusets de mauvaise qualité se dégradent rapidement et finissent par se percer. Vérifier le rendu qualité, l’épaisseur et la finition de la pièce.

La bougie d’allumage :
La bougie est indispensable au moment de la phase d’allumage de votre poêle. Pendant quelques minutes, celle-ci va rougir (comme la résistance d’un four électrique) et chauffer l’air qui circule le long de la bougie. Cet air extrêmement chaud en sortie de tube de bougie va enflammer les granulés présents dans le creuset (un peu comme un décapeur thermique). La bougie s'éteindra lorsque le capteur de température des fumées atteindra environ 50°.
La conception du tube de support de bougie, notamment son diamètre, et la qualité de la bougie elle-même sont des éléments déterminants pour un allumage sans raté pendant de longues années. Les bougies en céramique chauffent plus vite, sont plus efficaces et fonctionnent pour environ 20 000 cycles contre 10 000 cycles pour une bougie traditionnelle de qualité.

Extracteur des fumées :
À l’inverse d’un poêle à bois ou d’une cheminée, les poêles à granulés n’évacuent pas les fumées de combustion de façon autonome. Une turbine située à l'arrière du poêle et en amont de la fumisterie se charge d’extraire ces fumées. Une turbine qualitative et bien ajustée au niveau de la conception sera source de performance pour votre poêle et de confort au niveau du bruit.

Ventilateur de chaleur :
Parfois appelé ventilateur tangentiel vous retrouverez cette pièce sur les poêles à granulés ventilés. N’hésitez pas à demander une démonstration en magasin pour écouter le bruit du ventilateur, des différences notables existent. Un ventilateur de qualité et bien ajusté ne doit pas produire de vibration.

L’électronique embarqué :
Capteur de pression type pressostat, sonde de température des fumées, capteur de température d’ambiance, sonde de niveau de granulé. Ces différents éléments communiquent en permanence avec la carte électronique et assurent tout à la fois la régulation de votre appareil et un fonctionnement en toute sécurité.

Pour toutes ces pièces, le choix de matériaux de qualité, le savoir de l’entreprise au niveau de la conception et de l’intégration auront une influence majeure sur la durée de vie du poêle et sur son confort d’utilisation. Attention donc aux poêles à prix low-cost qui représentent malgré tout un investissement mais qui ne vous donneront absolument pas satisfaction.

Quel poêle à granulé choisir ?

Poêle à granulés à convection naturelle, poêle à granulés canalisable, poêle à granulés étanche, poêle à granulés connecté, domotisé ou sans électricité, comment choisir un poêle à granulés ?

Plusieurs éléments peuvent influencer le choix d’un poêle à granules. Pour déterminer le poêle à granulés qui vous conviendra, il est conseillé de se pencher sur plusieurs éléments de détermination. Il convient de faire le point sur ce qui compte réellement pour vous mais également sur les contraintes liées à votre logement. Plusieurs caractéristiques doivent être considérées et particulièrement :

La puissance du poêle
Déterminer la puissance du poêle est primordial. Généralement exprimée en KW, celle-ci sera influencée par plusieurs critères et nous vous conseillons d’avoir recours à des professionnels pour déterminer précisément la puissance nécessaire à votre confort. Voici quelques éléments non-exhaustifs qui influencent la puissance à choisir :

  • la surface de votre logement et son volume
  • son isolation
  • sa géolocalisation
  • la configuration du logement
  • le rendement du poêle
  • chauffage central vs appoint

Il est évident que pour une maison de 120m2 mal isolée et située en haute montagne, vous devrez choisir un poêle plus puissant que pour une maison de 100m2 conforme à la RT2020 à Toulouse.

Fumisterie et faisabilité technique
La pose du poêle :
Si votre maison est déjà équipée d’un conduit de cheminée, l’installation sera simplifiée. La pose d’un poêle à granulés nécessite un tubage spécifique mais qui est de faible diamètre et qui devrait donc, sans doute, passer sans problème dans votre conduit.
Si aucun conduit n’est présent, il va falloir créer un chemin pour la fumisterie. Idéalement, celle-ci devra sortir au-dessus du faîtage.
Enfin pour les situations les plus complexes (maison double mitoyenne par exemple) il existe des poêles à granulés étanches à installer en ventouse. Cela signifie que le conduit d’évacuation des fumées pourra sortir en façade de votre maison par exemple.

Bruit de fonctionnement :
Un poêle à granule est source de bruit et sur ce point il peut y avoir de grosses différences. Si vous êtes sensible au bruit, il est important de considérer ce qui suit. En phase de chauffe, les modèles de poêles à granulés les plus silencieux du marché émettent environ 33 à 35 décibels là ou les plus bruyants sont dans les 43 décibels voire plus. Ce n’est pas une petite différence.
Voici les différents éléments pouvant générer du bruit :

  • La vis sans fin. Couplée à un petit moteur électrique, la vis sans fin est chargée d’approvisionner le brasero en pellets, depuis le réservoir, grâce à une rotation à intervalle approprié. Selon la conception et la qualité du motoréducteur et de la vis sans fin, la rotation sera plus ou moins audible. Préférez un poêle avec une vis sans fin à fonctionnement perpétuel, plus silencieux qu’un fonctionnement par intermittence.
  • Le brasero. Dans le foyer se trouve le brasero ou autrement dit le creuset. En fonction de sa conception et de sa matière, le brasero absorbe plus ou moins le bruit de la chute des granulés apportés par la vis sans fin. Considérez que la fonte absorbe mieux les bruits que l’acier.
  • La soufflerie. Hormis les poêles à convection naturelle qui ne possèdent aucune soufflerie, les poêles à granulés sont équipés d’un ventilateur d’air chaud. Comme pour une hotte de cuisine, plus la vitesse de fonctionnement de ce ventilateur sera élevée et plus le bruit sera important. Dans le cas d’un poêle à granules canalisable, il y a, en plus de la soufflerie habituelle, un deuxième ventilateur destiné à redistribuer l’air chaud dans des pièces additionnelles facteur de bruit supplémentaire.
  • L’extracteur des fumées. Cette turbine située à l'arrière du poêle est chargée d’extraire et d’évacuer les fumées de votre poêle vers le conduit de cheminée. La qualité de cette pièce essentielle doit être irréprochable afin de générer le moins de nuisance possible.
  • Précisons également que les appareils de chauffage au bois (mais pas que) génèrent quasiment tous des bruits de dilatation. Bien connus des utilisateurs expérimentés, ces bruits de dilatation sont souvent mal accueillis par des personnes qui n’ont jamais eu de poêle à bois ou à granulés. Ces bruits sont normaux et évolutifs, ils peuvent augmenter ou diminuer au fil du temps et ne dépendent pas des réglages des appareils. Il convient de s’y préparer mais il ne faut pas pour autant vous en faire une montagne.

Vous pourrez trouver des comparateurs sur le web permettant de vérifier si le modèle que vous avez visé est plutôt silencieux ou plutôt bruyant.

La technologie de diffusion de la chaleur :
Votre maison est de plain-pied ou à étage, les pièces sont ouvertes les unes sur les autres ou au contraire totalement cloisonnées ?
Comme beaucoup de solutions de chauffage au bois (insert, poêle à bois), les poêles à granulés chauffent essentiellement le volume dans lequel ils seront installés.
Le choix de votre poêle et de sa technologie de diffusion de chaleur devra prendre en compte au maximum la configuration de votre logement pour vous fournir le meilleur confort possible. Les professionnels du secteur vous conseilleront au mieux sur la technologie adaptée à votre logement, mais globalement voici ce qu’il faut retenir :

    • Poêles à granulés à convection naturelle : Ici pas de soufflerie, l’air frais, situé proche du sol de votre logement est aspiré en partie basse de votre appareil et ressort en partie haute après avoir été réchauffé par un échangeur de chaleur situé dans le poêle. Ces poêles ont également un phénomène de rayonnement un peu plus important.
      C’est la technologie la plus silencieuse mais attention, ces modèles auront du mal à chauffer des pièces éloignées de votre poêle. De même, si votre logement est fortement cloisonné, la chaleur aura du mal à circuler.
      Retenez donc que cette technologie est plutôt adaptée à des maisons dont l’espace est ouvert, éventuellement à des maisons qui disposent d’un autre mode de chauffage pour les pièces éloignées (chambre et salle de bain) ou pour les maisons à étage dont les chambres se situeraient au-dessus de la pièce où le poêle est installé. Dans cette dernière configuration, si votre plancher d’étage n’est pas trop épais, l’air chaud du poêle qui va stagner au plafond servira de plancher chauffant à vos chambres.
    • Poêles à granulés ventilés : Ces modèles de poêle possèdent un ventilateur capable de pousser et de distribuer la chaleur plus loin que pour les modèles à convection naturelle. Ils seront particulièrement efficaces sur les maisons de plain-pied si celle-ci n’est pas trop grande. Les poêles à granulés ventilés distribuent généralement l’air chaud en façade du poêle, horizontalement sur sa partie frontale. D’autres modèles ventilent l’air chaud par le dessus du poêle, verticalement, sur sa partie supérieure. Cette dernière solution peut être envisagée pour les logements à étages.
    • Poêles à granulés ventilés et canalisables : Le fonctionnement de ces poêles reprend le fonctionnement des poêles ventilés mais offre la possibilité de distribuer l’air chaud dans des pièces adjacentes au poêle. En plus du ventilateur de diffusion, un second ventilateur va permettre de pousser l’air chaud par une canalisation permettant ainsi de chauffer une pièce cloisonnée (chambre, salon, salle à manger) ou de diffuser un peu de chaleur plus loin. Cela peut-être utile pour les maisons de plain-pied ayant de grandes surfaces. Attention : les pièces éloignées seront tempérées par ce système, et non entièrement chauffées.

       

    • Poêle à granulés hydro (poêle bouilleur) : Ces modèles sont plus rares mais si votre logement possède déjà un réseau d'émetteurs (radiateur à eau, plancher chauffant) c’est une excellente solution. Les thermopoêles fonctionnent comme les autres mais ils ont la particularité de pouvoir chauffer l’eau de votre installation et ainsi de vous offrir une solution de chauffage central performante comme une chaudière. Cependant, avoir une chaudière installée dans son salon n’est pas sans conséquence au niveau du bruit et il convient de choisir un modèle particulièrement silencieux.

L’autonomie du poêle à granulé :

Plusieurs facteurs devront là encore être pris en considération pour choisir le poêle adapté à vos besoins. Voici quelques paramètres qui vont permettront de réfléchir au bon modèle :

  • Système de chauffage principal ou d'appoint : Votre poêle est votre système de chauffage principal, nous vous conseillons un modèle pouvant accueillir suffisamment de granulés pour fonctionner à minima 24h. Le rechargement est une des contraintes du poêle à pellets et même si elle reste allégée par rapport aux poêles à bois, il convient que le fonctionnement de votre poêle coïncide avec votre façon de vivre.
      • Si vous partez au travail le matin à 7h et que vous rentrez à 19h, il faut que la réserve de granulés du poêle lui permette de fonctionner jusqu'à votre retour.
      • Si vous rentrez entre 12h et 14h, vous aurez l’occasion de recharger votre poêle et le facteur réserve sera moins important.

Sachez que les poêles peuvent accueillir entre 1 et 3 sacs maximum et que la consommation moyenne d’un poêle se situe généralement autour d’un sac par jour. Certains modèles de poêle peuvent interagir en fonction de la température intérieure ET extérieure pour plus d’économie et de confort.

  • Le logement : Plus votre logement sera “granulovore” plus l’autonomie de votre poêle et donc sa capacité de chargement devra être importante. Région froide, maison mal isolée, chauffage principal riment avec capacité de chargement importante.

 

  • Le nettoyage du poêle : Pour fonctionner correctement un poêle à pellets doit être entretenu et ce notamment au niveau du brasero pour assurer un fonctionnement nominal (allumage et combustion). Afin d’alléger cette contrainte, nous vous recommandons de choisir un modèle avec une option de décendrage automatique du brasero. Cette option vous offrira plus de confort dans l’utilisation de votre appareil.

Comment faire durer le plus possible votre poêle à granulés ?

Trois éléments vont être déterminants pour l’allongement de la durée de vie de votre poêle : l’installation, l’entretien, les pellets.

  • Une installation dans les règles de l’art : Pour votre sécurité et pour votre confort, l’installation d’un poêle à granulés ne s’improvise pas. La mise en place de la fumisterie, le raccordement, les réglages des paramètres de combustion et de régulation doivent être réalisés dans le plus strict respect des états de l’art. Il est fréquent que les constructeurs demandent à ce que votre installation soit réalisée ou contrôlée par un professionnel certifié Qualibois pour activer des garanties en cas de problème. À noter qu’un professionnel formé sur la marque qu’il vous installe est également fortement recommandé.
    Les assurances habitation peuvent également prévoir des clauses contraignantes concernant ces appareils.
    Une installation mal réalisée c’est un poêle qui ne fonctionnera pas correctement (surconsommation, mauvaise chauffe) avec un risque d’usure prématurée de votre appareil et surtout un risque pour votre sécurité.

 

  • L’entretien du poêle à granulé : L’influence de l’entretien de votre poêle à granulés sur sa durée de vie est majeur, tout comme la bonne utilisation.

Un mot d’ordre “Lire la notice d’usage et d’entretien” de votre poêle à granulés

Les poêles à granulés nécessitent une attention périodique variable. L’entretien du brasero, du cendrier, de la vitre est à prévoir sur une fréquence quotidienne à hebdomadaire. Un entretien annuel est également à prévoir pour effectuer un nettoyage en profondeur ainsi qu’un ramonage des conduits de fumisterie. Un bon entretien évitera que le poêle s’encrasse.

 

  • La qualité des pellets : Dernier élément important, les pellets doivent être qualitatifs. Des pellets de mauvaise qualité, trop humides, avec un taux de poussière trop important entraîneront des problèmes de mâchefer dans votre brasero, de blocage dans la vis sans fin, de dépôt dans vos conduits et de noircissement de vitre.
    Bien que souvent remises en question, des normes peuvent vous aider à identifier des pellets de qualité premium qui préserveront votre poêle. Si vous le pouvez, préférez également des pellets fabriqués localement. Il serait dommage de perdre tous les bienfaits écologiques d’un chauffage au bois performant en faisant venir des pellets de l’autre bout de l’Europe ou du monde.

Comment réparer son poêle à granulés ?

Sur un poêle à granulés, il n’y a aucune raison pour que l’accessibilité aux composants principaux soit entravée. 

Pour éviter les pannes et les problèmes sur un poêle à granulés, quelques règles basiques sont à intégrer :

  • Choisir un poêle à pellets adapté à ses besoins, au logement et à la région
  • Faire installer le poêle par un professionnel certifié et agréé par le constructeur
  • Faire régler le poêle lors du démarrage initial
  • Respecter les consignes d’usages et surtout d’entretien
  • Utiliser des granulés de qualité et stocker à l’abri de l’humidité

 

Si vous observez ces quelques règles de base et que vous avez choisi un poêle durable, c'est-à-dire robuste, fiable et réparable vous devriez être relativement tranquille. Cependant, aucune marque n’est à l'abri d’une défaillance et aucun produit n’est infaillible.

En cas de panne, et en première intention vérifier les garanties :

  • Votre poêle a moins de deux ans, contactez le distributeur qui vous a vendu le poêle. Il est légalement responsable de la garantie légale de conformité.
  • Votre poêle a plus de deux ans, vérifiez si vous avez souscrit une assurance ou une extension de garantie complémentaire. Vérifiez également les garanties constructeurs car celles-ci peuvent être étendues et prendre le relais de la garantie légale de conformité.

 

Votre appareil n’est plus sous-garantie, pas de panique ! Les poêles à pellets sont des produits absolument réparables en cas de panne :

  • Dans tous les cas, contactez d’abord le SAV de la marque de votre produit soit en vous adressant directement au fabricant soit en passant par le revendeur installateur.
  • Avant d’engager des réparations, vérifiez toujours que le poêle est correctement alimenté en vérifiant votre prise. Pour cela, débranchez votre poêle de sa prise électrique et branchez un autre appareil (lampe de chevet, radio-réveil, chargeur de téléphone). S’il ne se passe rien, il y a de forte chance que le problème vienne de votre réseau électrique.
  • Votre poêle est correctement alimenté mais il affiche un message ou un code d’erreur. Reportez-vous à la notice d’utilisation pour comprendre le problème.

 

Défaillance à l’allumage du poêle à granule :

  • Vous avez oublié de recharger les granules et votre poêle ne démarre plus. Chaque poêle possède une procédure d’allumage pour ce cas, vérifier votre notice ou sur le site du fabricant.
  • Votre poêle à granulés est chargé en pellets mais ils ne tombent plus dans le brasero, tendez l’oreille pour savoir si votre vis sans fin fonctionne correctement. Soit la vis sans fin est bloquée par de la poussière de granulés agglomérée soit le motoréducteur est défaillant. 
  • Les pellets arrivent dans le brasero mais rien ne se passe. Il est possible que la bougie soit défaillante et nécessite un remplacement.
  • Les pellets arrivent, la bougie fonctionne mais l’allumage n’est pas optimal. Vérifiez d’abord que rien n’obstrue l'arrivée d’air comburant dans votre poêle. Vérifiez ensuite que votre brasero est propre et que ses orifices ne sont pas obstrués par du mâchefer. 

 

Défaillance en phase de travail du poêle à granulés : 

  • Le poêle se met en défaut en phase de fonctionnement, sachez que par grand vent, certains modèles de poêle se mettent en sécurité (pressostat).
  • Vérifiez votre flamme, celle-ci peut vous renseigner afin d’être certain que les réglages de combustion du poêle sont adaptés (set flux d’air et granulés)
  • Assurez-vous que vos granulés sont de qualité et que ceux-ci ne sont pas chargés d’humidité.

 

Poêle à granulés et DIY*

Pour les plus bricoleurs d’entre vous, certains problèmes peuvent se résoudre via le DIY (auto-réparation). Internet regorge de vidéos explicatives et de nombreux groupes sur les forums existent. Vous y apprendrez à vérifier votre motoréducteur, tester votre bougie par exemple mais attention… comme pour tous les produits électriques ou électroniques, et particulièrement les appareils de poêle à granulés, assurez-vous de posséder des bases solides afin d’intervenir en toute sécurité et de ne pas dégrader la sûreté de l’appareil.



Point essentiel dans la durabilité, assurez-vous que le fabricant de votre poêle possède un SAV qualitatif. Tous les produits labellisés LONGTIME® sont des produits réparables alors ne les jetez pas.

 

En résumé, pour choisir un poêle à granulés

  • Privilégiez des marques ayant un véritable support technique et un plan de formation pour les installateurs.
  • Vérifiez la disponibilité des pièces détachées de rechange dans le temps mais également le délai d'approvisionnement de ces pièces et leurs prix.
  • Assurez-vous de l’accessibilité des différentes pièces prioritaires : carte électronique, motoréducteur, bougie, ventilateur tangentiel, extracteur des fumées…
  • Renseignez-vous sur la qualité de toute la partie électronique du poêle et vérifiez visuellement la qualité du foyer et du brasero.
  • Tentez de voir le poêle en fonctionnement et questionnez la fréquence de l’entretien.

Vous souhaitez acquérir un poêle à granulés sans avoir à passer votre diplôme d’ingénieur électronicien ou sans éplucher 15 blogs et 4 magazines de consommation ?

Faites un tour sur notre annuaire de produit, vous trouverez votre bonheur !